• Martin Châtelet

RAPPORT MENSUEL: CONGO HUMANITARIAN ANALYSIS TEAM - MERCY CORPS

Mis à jour : juin 16

En Ituri, l’insécurité s’est globalement accrue, avec des attaques à Irumu, Mambasa et Djugu

perpétuées par de nombreux groupes armés. L’URDPC a continué à attaquer les civils et a engagé des affrontements avec les FARDC à Djugu et à Mahagi, malgré les luttes internes

entre les factions.

Les hostilités entre les coalitions de groupes armés à Masisi et à Rutshuru se sont poursuivis

au Nord-Kivu. La plateforme du RPRC a menacé d’attaquer des groupes extérieurs à leur coalition et a engagé des affrontements à Walikale et Lubero. Les ADF ont mené des attaques répétées à Halungupa et leur discours est devenu plus politique, menaçant de convertir la population de Beni à l’Islam. Leur retour progressif sur le territoire de Beni visait à reprendre le contrôle de leurs anciennes bases.

Au Sud-Kivu, la présence des groupes armés burundais dans la plaine de la Ruzizi s’est accrue. La présence de Maï Maï Malaika du Maniema est un risque potentiel, bien qu’aucune attaque n’ait été signalée en avril. Bijombo, qui était auparavant un haut lieu de la violence intercommunautaire dans les hauts plateaux de Minembwe, a connu le calme. Cependant, il y a eu une recrudescence de la violence non loin de la commune de Minembwe malgré le cessez-le-feu signé le mois dernier.

Au Tanganyika, les groupes armés Twa ont continué à attaquer les civils bantous, avec une

augmentation des enlèvements et des vols. Les Maï Maï Apa na Pale ont multiplié leurs attaques à Bendera, Kalemie. Le risque de débordement de la crise de Minembwe est imminent car les acteurs armés et les éleveurs ont traversé depuis le Sud-Kivu.

Dans le Maniema, des combats internes entre les factions Maï Maï Malaika ont eu lieu et les exactions contre la population locale de Salamabila ont continué. La présence de groupes

armés supplémentaires du Tanganyika et du Sud- Kivu à Salamabila risque d’aggraver le conflit.

Quelques jours avant la déclaration de la fin du virus Ebola, un nouveau cas positif a été identifié. Au total, sept nouveaux cas ont été confirmés en avril, dont l’un a fui le centre de traitement Ebola de Beni et est resté introuvable. La résurgence d’Ebola a été mal accueillie, avec des appels à la protestation et à la violence contre la réaction.

Les cas de COVID-19 ont continué à augmenter à Kinshasa, tout comme les craintes de propagation du virus dans d’autres régions du pays. Au total, 16 cas ont été confirmés dans

d’autres provinces tout au long du mois d’avril.

Des mesures de distanciation sociale et d’isolement de certaines villes touchées ont été mises en oeuvre. Des récits anti-COVID-19 ont circulé à Beni, liant le retour d’Ebola aux OING et à l’OMS qui ne veulent pas perdre.

Accéder au rapport mensuel complet.

0 vue

©2020 by Forum ONGI RDC.